lundi , 23 mai 2022
enfrit
Une vingtaine de morts dans une fusillade
La région Bongolava a été classée zone rouge depuis longtemps de par sa topographie et en raison d'une certaine pratique d'élevage

Une vingtaine de morts dans une fusillade

Le centre-ouest de Madagascar a été de nouveau le théâtre d’une fusillade mortelle, durant le dernier week-end du mois de novembre.

C’est l’histoire classique d’un vol de bovidés mais qui a très mal tourné. Dans les Communes de Fihaonana et de Miandrarivo, localisées dans le district de Tsiroanomandidy, près de 400 bœufs ont été volés par les Dahalo. Des civils et des éléments des forces de sécurité sont partis à la poursuite des voleurs en suivant les traces des zébus.

Toutefois, après plusieurs kilomètres de marche, les traces se dirigent vers une localité dénommée Soaloka, dans le district de Miandrivazo, toujours dans le centre-ouest du pays. La situation s’est corsée, puisque les occupants du village ont nié toute implication dans le vol. Une fois entrés dans le petit village, les militaires et les civils qui ont suivi les traces de bœufs ont essuyé des tirs nourris.

Le bilan est très lourd : une vingtaine de civils et trois militaires tués. Trois fusils d’assaut Kalachnikov ont été, en outre, dérobés avec sept chargeurs. Les populations concernées attendent des renforts. Le bilan risque encore de s’alourdir si le désir de vengeance n’est pas tempéré.

Ce n’est pourtant pas la première fois qu’une fusillade aussi mortelle éclate à la suite d’une histoire de vol de bovidés dans une région classée « zone rouge » à Madagascar. Il y a quelques années, dans le Sud du pays, la mort d’une dizaine de gendarmes, abattus dans une embuscade, a débouché sur une opération militaire assez violente, qui a fait par la suite une centaine de morts dont de nombreux civils.