lundi , 8 août 2022
enfrit
Le premier conseil des ministres Ravalomanana-Sylla fait le nettoyage.

Coup de balais

« Hauts emplois de l’Etat. Vers une série de
limogeages »
, annonce à la Une Midi Madagascar.
« Les gouverneurs des provinces autonomes dans la ligne
de mire du gouvernement Sylla »
, selon L’Express de
Madagascar. Les médias de la capitale rapportent les
discussions qui ont eu lieu lors des premières réunions
de l’équipe Ravalomanana-Sylla.






Pour Midi, « on s’achemine vers une vague de
limogeage suivis évidemment de nominations aux hauts emplois
de l’Etat en conseil des ministres ».
Midi et
L’Express avancent que les « premières têtes
à tomber sont celles du patron de l’Aviation Civile de
Madagascar et de l’Office Malgache des Hydrocarbures »,
« le cas des provinces autonomes a été
également évoqué »
.






La démission du général Marcel Ranjeva,
ministre des Forces Armées du gouvernement Tantely
Andrianarivo a été largement commentée et
rapportée dans les colonnes des médias. Pour le
quotidien Madagascar Tribune, « Tirant la conclusion de
la division de l’Armée, le ministre des Forces Armées
Marcel Ranjeva démissionne de son poste. Si malgré deux
mois de crise, l’Armée n’avait pas bougé, c’est parce
qu’elle avait été piégée par le régime.
Pour perdurer au pouvoir, ce dernier a mis en place un processus
électoral inique mais parfaitement légal. L’Armée
légaliste ne pouvait protester contre les résultats
publiés par ce système. Mais beaucoup d’officiers
savaient la vérité? ».






Midi Madagascar ajoute que « la nomination d’un
autre général »
en la personne de
Jean-Paul Bory, pour assurer l’intérim du général
Ranjeva, est le fait de l’équipe de Tantely Andrianarivo d’
« entretenir la chimère pour ajouter un peu plus
à la confusion ».
L’Express de Madagascar
insiste sur l’appel lancé par M. Ranjeva à l’endroit de
l’armée de ne pas accepter d’être « des
soldats perdus »
et de se garder « d’être
les bouchers de vos concitoyens ».






La semaine s’annonce également sous le signe de la reprise
des activités après deux mois de grève. Pour
Midi, « il faut déjà mettre à
l’actif de ce gouvernement, les premiers signes de normalisation de
la situation? La machine administrative va de nouveau recommencer à
tourner »
.