mercredi , 10 août 2022
enfrit
Les confidences musicales de l'un des monstres sacrés du folk malgache, un des piliers du groupe Mahaleo, le docteur Andrianabela Rakotobe alias Dadah - de Daniel, son nom de baptême - ?

Dadah, artiste en pleine ébullition

Dadah, depuis combien de temps chantes-tu et comment le groupe Mahaleo s’est-il formé ?


Je chante depuis environ 35 ans, je ne me souviens plus à partir de quel âge, mais bien avant l’aventure Mahaleo en 72. J’ai été à l’école avec Dama depuis la classe de 12e à l’EPP (école primaire publique) Garby à Antsirabe ? On a été amis depuis les bancs de l’école et je ne sais plus à quel âge on a commencé à gratter la guitare, les frères Dama étaient luthiers depuis longtemps. L’occasion s’est présenté avec les évènements de 1972, et on a décidé de sortir « matoa izahay manao gravy » (pourquoi faisons-nous la grève, trad. libre). Puis nos grand-frères se sont joint à nous, le mien, Nono, et Raoul, celui de Dama. Ensuite Bekoto est arrivé. Charles et Fafa sont venus bien plus tard, quand ils étaient internes au lycée. Côté enregistrements, on a le 33 tours « Madagasikara », le premier édité chez Decomarmont. On y a sorti des 45 tours, je ne pourrai tous les citer. Ensuite à partir de 79, on a travaillé avec la société Wave, qui appartenait aux époux Guy Ramahaimandimby. Ils nous ont emmené enregistrer un 45 tours en France pour la première fois, « Rahe Mbola Misy » de Dama. Puis pas mal de cassettes réalisées avec cette société, quatre si je e souviens bien ?


Les relations entre les membres du groupe ne sont-elles jamais conflictuelles lorsque chacun va de son côté travailler sur ses propres chansons ? Et puis toi-même, tu as ton propre groupe, Dadah Rabel ?


Non, aucun problème, puisque chacun crée pour soi. Ce que l’on a en commun, c’est le nom du groupe, « Mahaleo », mais chacun peut travailler de son côté librement. En tant que Mahaleo, ma dernière chanson date de 87. Les autres gars continuent de leur côté pour le groupe. J’ai beaucoup de chansons qui n’ont pas encore pu être chantées par le groupe, alors pourquoi continuer de composer dans cette voie ? je préfère encore en faire pour Dadah Rabel pour l’instant. Rabel est le nom de mon grand-père, originaire de Betafo. Il est en quelque sorte notre source, à moi et à mes frères, on a ainsi appelé le groupe en lui rendant hommage. En fait, Dadah Rabel a débuté comme une sorte de fraternité entre moi et quelques amis docteurs, un cadre où ils peuvent chanter mes chansons, ils ne pouvaient le faire dans celui de Mahaleo. Je leur ai ensuite composé des chansons ? Puis le groupe s’est ouvert à diverses personnes, nous sommes une dizaine, dont trois femmes y compris ma fille – ma relève -. Dadah Rabel n’a pas de trop grandes prétentions pour le moment, on a sorti un disque à tirage limité en 96-97. On se contente de cabarets, pas de scène en vue.


A part le folk, quels genres de musiques t’ont donc marqué et as-tu déjà essayé d’ouvrir ta musique à d’autres styles ?


Tous les styles et influences musicales européens sont passés par mes oreilles. J’ai fait de la chorale, j’ai aussi été contrebassiste dans une bande de jazz dans le cadre du lycée : je n’ai jamais été membre d’un autre groupe, je suis très fidèle (rires). Les musiques actuelles par contre ne me branchent pas trop. J’écoute James Taylor, qui fait quelque chose de magnifique jusqu’à maintenant ? Cat Stevens ? et Mc Cartney, un de mes « petits dieux ». J’ai essayé de chanter d’autres styles  mais je n’ai pas aimé, les gens non plus, d’ailleurs! ? Mais j’écris. J’ai rencontré tout récemment Fanja Andriamanantena, qui va chanter à sa manière trois de mes chansons, ses enregistrements sortiront sous peu. Il y a eu d’autres chanteurs qui m’ont demandé de composer pour eux, mais je n’ai pas aimé la façon dont ils l’ont fait. Noely de Sakelidalana chante aussi une de mes chansons dans un de ses disques, « Solafaka » ? par contre jamais je ne chante les chansons des autres, je n’arrive même pas à chanter les miennes ! (rires)


Y aura-t-il quelque chose de nouveau côté enregistrement et création ?


Le cabaret que j’ai fait en compagnie de Fafa (le 30 avril) marque pour nous un retour progressif à notre vie quotidienne, nous n’étions pas en parfaite santé ces derniers temps, ça va mieux maintenant. On prépare un album 12 titres Dadah-Fafa où on pourra écouter mes chansons, connues et inconnues. Je prépare également, en solo, un album qui sortira chez Mars. Enfin, en préparation également, le CD Dadah Rabel ? Je compte aussi sortir un bouquin sur mes ½uvres, une centaine de chansons sous forme de poèmes ? Et une toute dernière nouvelle : la célébration du 30e anniversaire de Mahaleo continuera après le mois d’août.