mardi , 14 juillet 2020
enfrit
Le président malgache impose sa nouvelle vision sur la francophonie qui, selon lui, doit apporter de la valeur ajoutée.

La francophonie selon Ravalomanana

Commentant le discours du président malgache au cours de la cérémonie d’ouverture de la conférence ministérielle de la francophonie, Les Nouvelles parle de « pavé dans la marre ». Les Nouvelles affirme que « en réclamant plus de Shakespeare que de Molière, il (le président) a créé la stupeur ». Le journal titre même « Ravalomanana pour une francophonie à valeur ajoutée et?anglophone ». Dans son discours, en effet, le président a par exemple souligné, comme le rapporte la presse : « Le français n’est plus la langue de référence qu’elle était sous Louis XIV. Aujourd’hui, la langue du commerce et de la politique internationale, c’est l’anglais ». Mais le président a très vite précisé : « La francophonie nous unira si et seulement si elle crée de la valeur ajoutée ». Et Les Nouvelles écrit : « Selon le président, une valeur ajoutée liée à la langue et matérialisée par des bourses accordées aux étudiants, une université virtuelle pour créer une communauté de savoir, ou une plate-forme médiatique francophone pour connaître et se faire connaître dans un souci de partage de la pluralité culturelle. En clair, il s’agit pour lui d’instituer des avantages substantiels pour que la Francophonie ne soit pas un accident de l’histoire mais un choix rationnel et pragmatique ».