mercredi , 10 août 2022
enfrit
Les fêtes de fin d’année constituent une occasion pour les marchands de faire des bénéfices dans le commerce des volailles.

Les volailles hors de prix à la veille des fêtes

A deux semaines de la fête de Noël, c’est déjà l’effervescence sur le marché des volailles. Selon le journal Midi : «Les prix des dindes et autres volailles qui composent traditionnellement les menus de fête dans les ménages malgaches, affichent inévitablement une hausse en période de fin d’année. Et comme nous sommes justement à l’approche des fêtes, les oies, dindes et canards – vivants – sont déjà bien visibles dans les marchés à ciel ouvert de la capitale. Côté prix, il est conseillé de prévoir au minimum Ar 20.000 dans son porte-monnaie. En effet, aucune dinde n’est vendue à moins de Ar 35000, voire Ar 50.000, selon sa taille. C’est bien entendu, hors de la portée des ménages modestes. Le prix est à peu près le même pour les oies et un peu moins pour les canards, entre Ar 15000 et Ar 25000. Pour des raisons de commodité, nombre de ménages optent de plus en plus pour les volailles vidées, réduisant ainsi considérablement le temps de préparation. Dans les grandes surfaces ou les magasins spécialisés dans les produits de la ferme, les commandes commencent à affluer».