jeudi , 18 août 2022
enfrit
La promotion touristique de la Grande Ile se focalise sur la biodiversité. Les autorités sont conscientes de la nécessité de passer par cette voie.

Madagascar : une biodiversité exceptionnelle

Le gouvernement et les promoteurs touristiques malgaches concentrent leurs efforts sur la singularité de la biodiversité de la Grande Ile de l?océan Indien. Voici un extrait du journal La Gazette de la Grande Ile: «Madagascar sait que la concurrence est rude dans cette région du monde. Alors la Grande Île va droit au but : «On ne vient pas ici seulement pour bronzer», prévient Irène Andréas, directrice de l?office national du tourisme. Les autorités malgaches savent qu?il est impossible de lutter sur le même terrain que l?île Maurice voisine. Pour développer un secteur touristique, certes en expansion, mais pas encore au niveau auquel le pays pourrait prétendre, «Mada» mise sur un autre créneau : la richesse de son patrimoine naturel. Comme l?explique le Premier ministre, Jacques Sylla, «le tourisme est un catalyseur, presque un chemin obligé. Nous ne pouvons pas miser sur le balnéaire. Le créneau est déjà bien occupé par l?île Maurice. De plus, cela nous prendrait trop de temps et reviendrait trop cher d?essayer de les concurrencer. Nous valorisons plutôt notre biodiversité». Terme en vogue, l?«écotourisme» colle pourtant parfaitement à l?île rouge. 85 % de la faune et de la flore y sont endémiques. Cette particularité s?explique principalement par le fait que Madagascar s?est séparée de l?Afrique il y a quelque 160 millions d?années. Il existe, par exemple, à Madagascar sept variétés de baobabs contre une seule sur le continent. Au total, 19 000 espèces végétales sont pour l?heure répertoriées et 100 000 invertébrés».