mercredi , 10 août 2022
enfrit
Les entreprises serrent la ceinture. La population également.L'issue de la crise est encore incertaine. Quelle sera l'issue de la semaine sainte ?

SEMAINE CEINTE ?

Cette
semaine sera marquée par la séance extraordinaire de
l’Assemblée nationale ainsi que par l’installation des
présidents de la délégation spéciale, les
remplaçants des gouverneurs des provinces, ne manque de
mentionner la presse. En attendant que les deux protagonistes à
la crise, Ravalomanana et Ratsiraka, décident que le moment
est propice pour engager le dialogue, ces deux événements
vont marquer l’actualité de la semaine. La reprise des
activités est également largement commentée.
Ainsi, L’Express de Madagascar rappelle que « si la
semaine sera marquée à Antananarivo par la reprise des
activités dans l’administration (?) le secteur privé,
lui, aimerait bien pouvoir retravailler, produire normalement ».





Pour
Madagascar Tribune qui n’est pas du tout tendre avec Didier Ratsiraka
et les gouverneurs des provinces autonomes, « cette
crise, qui fait tant la joie de certains gouverneurs, est ressentie
avec amertume et dégoût par les Malgaches. Une crise
cyniquement organisée pour sanctionner un peuple qui aurait
voté majoritairement en faveur de Marc Ravalomanana. L’on sait
que ceux qui en sont à l’origine se réjouissent, rient
à gorge déployée, aujourd’hui, en voyant la
population, notamment les foyers les plus démunis, se débattre
actuellement pour essayer de survivre »
.





Enfin,
Midi Madagasikara constate que « c’est une semaine aux
multiples points d’interrogations qui commence aujourd’hui (?) Mais
si la semaine, si elle n’est pas déjà de tout repos,
pourrait peut-être aussi celle de tous les dangers. Les bruits
de bottes fonts du tapage en ce moment pour des projets inconsidérés
et sans avenir »
. Et ce quotidien de rappeler que
« Madagascar n’est pas l’Afrique. La volonté du
peuple est si puissante dans notre pays que le dernier mot lui
reviendra toujours ».