dimanche , 29 janvier 2023
enfrit

Vivetic : un call-center malgache qui recrute

Les call-center sont-ils aussi pourvoyeurs d’emplois à Madagascar qu’ailleurs. Vivetic fait partie des entreprises qui embauchent dans les nouvelles technologies. « Nos recrutements dépendent de la quantité des commandes, des flux », explique Naharitiana Ramananjanahary, chargé de formation. Les deux activités principales de la boite sont le centre d’appel et le traitement des données. Le poste le plus recherché du moment est celui de l’opérateur anglophone, signe que l’entreprise est en train d’élargir sa base clients.

Derrière le terme générique de call-center se cachent des conseillers clients qui travaillent pour le compte d’entreprises étrangères. Bien qu’en France, la présence de salariés d’origine étrangère est de plus en plus forte et qu’il est désormais de notoriété publique que les centres d’appel sont des sous-traitants étrangers, l’enjeu est de faire croire aux clients français qu’ils communiquent avec une personne de France. Pour recruter un candidat, le fournisseur de service examine plusieurs critères : « est-ce qu’il s’exprime bien, est-ce qu’il a un accent, est-ce qu’il est dynamique, est-ce que son français est fluide »…

Le métier de conseiller-client n’a apparemment pas besoin de diplôme particulier. Un niveau Bac suffit quand le ou la candidate a la compétence linguistique, l’attitude et l’accent requis. La mission consiste principalement à répondre aux contacts des clients, à traiter les demandes des clients en fonction de la procédure de l’entreprise. Ces téléopérateurs malgaches ne travaillent pas uniquement pour le compte d’une entreprise française. Ils peuvent aussi être sollicités par une entreprise locale.

Trouver la perle rare est toujours une chasse difficile d’autant que les entreprises recrutent en grand nombre. Vivetic mise sur la formation en interne pour constituer une équipe de télé-conseillers. Le système de recrutement comprend trois étapes. « D’abord, nous recrutons par les réseaux sociaux, le premier contact est suivi d’un entretien téléphonique. Si le candidat a fait bonne impression, il lui sera fixé un rendez-vous physique pour évaluer notamment sa motivation. Il y aura aussi un quiz écrit et un entretien oral », explique Naharitiana Ramananjanahary. Vient ensuite l’étape de la formation, d’abord une formation initiale métier pour maitriser les bases que tout télé-opérateur doit avoir. Il y aura une validation par le client. C’est seulement après que le candidat sera formé sur la procédure client.

Les centres d’appel sont supposés être le premier vivier d’emplois dans le secteur de la technologie. Il faut une connexion internet par fibre optique et un grand local pour abriter un important parc informatique. Pas la peine d’avoir une équipe commerciale en France ou en Europe, une prospection sur Internet suffit pour attaquer le marché. A part conseiller les clients, les télé-opérateurs malgaches sont aussi sollicités pour vendre des produits ou des services d’une entreprise française à des clients français en France.

A. Herizo