dimanche , 2 octobre 2022
enfrit
Dans la capitale, la guerre médiatique a déjà commencé entre les deux candidats favoris de la course à la mairie. Le style n’est pas trop différent.

Elections communales : la bataille de la communication a déjà commencé

Le candidat du parti présidentiel TIM s’est entouré de spécialistes de l’information et de la communication pour mieux assurer sa visibilité lors de la prochaine élection du maire d’Antananarivo. S’agissant plus particulièrement de la capitale, en effet, avant celle des urnes, la bataille sera, d’abord, du domaine de la communication.


On peut le dire, la guerre médiatique a déjà commencé. D’autant que les deux candidats les mieux placés pour remporter les élections communales à Antananarivo, à savoir Andry Rajoelina, et Hery Rafalimanana du TIM, disposent a priori des moyens nécessaires pour réaliser leurs vœux en terme de communication politique et médiatique.


De fait, Hery Rafalimanana peut compter sur le groupe MBS, appartenant au président Marc Ravalomanana, fondateur du TIM, qui compte une chaîne de télévision, deux stations de radio et deux titres de journaux, Le Quotidien, en langue française, et Ny Vaovaontsika, entièrement en langue malgache, pour véhiculer ses messages. Sans parler des autres titres qui pourront, moyennant des réservations d’espace, publier des articles ou des insertions publicitaires en sa faveur. En toute logique, en cette période de pré-campagne, l’apparition médiatique du candidat Hery Rafalimanana a été plus fréquente. D’autant qu’il occupe déjà la fonction de maire provisoire de la capitale depuis début 2007 en tant que Président de la délégation spéciale (PDS) d’Antananarivo.


Pour sa part, Andry Rajoelina, alias Andry TGV, dispose d’une chaîne privée, VIVA, et de la station radio du même nom. VIVA est en fait l’avatar de la radio télévision Ravinala que Andry Rajoelina a racheté à son ancien propriétaire, Norbert Ratsirahonana, ancien Premier ministre et Chef d’Etat par intérim, et également ancien président de la Haute Cour Constitutionnelle, et non moins candidat malheureux aux élections présidentielles de 1997 et de 2006.


En outre, la présence de Andry Rajoelina à l’émission phare de la chaîne RTA, Pazzapa, laisse supposer une possible collaboration entre lui et cette chaîne privée. Ce principal challenger du candidat du parti au pouvoir connaît assez bien par ailleurs le monde de la communication pour avoir travaillé dans ce domaine depuis plusieurs années à travers notamment son agence de publicité INJET.


Les autres candidats ne sont toutefois pas en reste. L’autre candidat indépendant, Marc Ramiarinjatovo, un transfuge du TIM, entend également participer à la bataille médiatique. Son apparition dans la presse écrite de la capitale s’est multipliée également au cours des derniers jours. Le candidat Nasolo Valiavo Andriamihaja, plus connu sous son nom de plume Vanf, compte sans doute sur le journal L’Express de Madagascar pour lequel il écrit une chronique quotidienne, ainsi que sur ses amis journalistes pour lui donner un coup de pouce, quoique les dessous de sa candidature soient encore floues étant donné qu’il a toujours refusé de dévoiler la source du financement de sa campagne électorale. L’Express et RTA appartiennent en effet désormais au même groupe. La candidature de Vanf a pourtant été annoncée à un moment où le rapprochement entre Andry Rajoelina et RTA a été étalé au grand jour.