samedi , 18 septembre 2021
enfrit
C’est le célèbre avocat « politique » Me Wily Razafinjativo, pas tendre envers l’autorité de fait, qui a soulevé la question. Olala a critiqué les emprisonnements systématiques des opposants et l’absence de liberté d’expression. Il a cité le cas Raymond Ranjeva comme étant une volonté de bâillonner les intellectuels malgaches par une autorité « complexée ».

La transition selon le Pr Raymond Ranjeva, l’intellectuel incompris

Les pseudos intellectuels acquis à la cause de la HAT se sont totalement décrédibilisés, amenés à adopter une position radicale, extrême pour défendre « leur protégé ». La passion et la subjectivité ont terni leurs discours. La thèse de l’exception malgache qui autorise un pouvoir supposé mis en place par le peuple n’a pas fait long feu face à des concepts rationnels comme la démocratie, la liberté, l’Etat de droit… Quand Raymond Ranjeva s’est mis à parler, il a monopolisé le discours intellectuel sur la situation sociopolitique et la crise malgache.

Les interventions « intellectuelles » du Pr Ranjeva ont discrédité l’autorité de fait. « La transition correspond à un programme de sauvetage « Vonjy aina » et non pas un programme de gouvernement » a-t-il affirmé. Il désapprouve le mélange de la politique avec le régime transitoire car cela crée du problème. Selon Raymond Ranjeva, il faudrait une « transition de régime démocratique qui ne pense qu’à faire fonctionner ladite transition jusqu’à sa fin ». C’est une critique à peine voilée contre la transition investie d’un mandat virtuel et usurpé de la HAT actuelle.

« La transition est le défi le plus difficile dans la vie d’une nation, explique le professeur. C’est là que l’on détecte les problèmes du pays, la solution n’est pas les élections tant que la maladie n’est pas guérie ». Le mouvement « Vonjy aina » de Raymond Ranjeva a milité contre le forcing de la HAT à organiser un référendum alors que la crise n’est même pas résolue. « Des élections hâtives seront infructueuses, a prédit le magistrat international. C’est une solution qui va générer un problème plus grave. Dans trois ou quatre ans la crise va revenir ».

« Pour construire la base de la société, la transition a le devoir de faire des malgaches des hommes mûrs et avisés qui connaissent leurs choix et non pas des individus ignorants que l’on peut tromper… La force spirituelle du peuple malgache seule peut nous amener à une nouvelle vie, peut résoudre notre problème ». Le Pr Ranjeva déplore la situation actuelle. Il démasque une autorité qui se cache derrière la notion d’Etat de droit  pour faire de la répression. « Il y a des lois qui servent les autorités et qui ne favorisent pas le dialogue ».

Raymond Ranjeva a été considéré comme un opposant à la HAT et que son emprisonnement était quasi prévisible. Selon les observateurs, c’est son statut de magistrat qui lui a pour le moment évité la geôle. Le média de propagande de la HAT, dans une autre manipulation grotesque de l’information, a jugé évident le lien entre les trois mouvances et Raymond Ranjeva puisque les anti-HAT en tête de file le Pasteur Andrianalijaona Andriamanampy dit Satrobory, ont soutenu sa fille Irina Ranjeva au tribunal ! L’autorité de fait et ses enquêteurs estiment que Raymond Ranjeva avait un mobil pour être complice d’un simulacre de coup d’Etat. C’est un opposant de plus à écarter, ou à emprisonner.