mardi , 9 août 2022
enfrit
Le clin d’œil des autorités à l’endroit des artistes
L'humoriste Francis Turbo et les membres de Fou hehy parmi les récipiendaires.

Le clin d’œil des autorités à l’endroit des artistes

A un peu plus d’un an d’une nouvelle échéance électorale, chaque camp politique cherche les moyens d’émerger du lot. L’actuel président, avec une cote de popularité au plus bas, tente de séduire diverses entités spécifiques, comme les artistes.

Tout le monde sait que depuis quelques années, à Madagascar, il est pratiquement impossible de tenir une campagne électorale sans artistes de renom. Dans la Grande Ile, comme sous d’autres cieux, la présence d’une personnalité du show-biz peut souvent être bénéfique pour un acteur politique.

Au cours des derniers jours, un grand nombre d’artistes de renom ont bénéficié ainsi de décoration de l’Ordre national. Toutefois, certains artistes y ont renoncé, pour différents motifs. « Je ne peux pas accepter un titre que j’ai déjà obtenu auparavant », a spécifié le chanteur Jaojoby Eusèbe, qui a renoncé à sa décoration alors qu’on allait le nommer chevalier de l’Ordre national Malagasy.

Mais Jaojoby n’était pas le seul à y renoncer. Subodorant un dessous politique dans la démarche, d’autres artistes ont choisi le profil bas. Ils étaient toutefois une cinquantaine à recevoir l’Ordre des arts, des lettres et de la culture, ou encore les distinctions de l’Ordre national. Des humoristes, des chanteurs, des musiciens, mais aussi des acteurs, des réalisateurs et des cinéastes étaient parmi les récipiendaires.

Il était difficile de dissocier cette démarche de la politique politicienne. On sait, par exemple, que Jaojoby Eusèbe est resté politiquement proche de l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, qui s’oppose désormais à son ancien allié, l’actuel président, Hery Rajaonarimampianina. On peut donc comprendre facilement son attitude.