dimanche , 29 janvier 2023
enfrit
Je rêve d?un leader non-conformiste possédant la vision et le courage de conduire la Grande Ile vers un 21ème siècle prospère plutôt que vers un retour aux périodes sombres.

Le rêve d?une expatriée pour des lendemains meilleurs

J?ai quitté Madagascar il y a 26 ans, peu après que Ratsiraka a pris le pouvoir. Très peu de monde a su pourquoi j?ai décidé de m?exiler. Je dois admettre que de simples raisons économiques ont joué un grand rôle dans ma décision. Mais c?était de loin pas les raisons décisives qui m?ont poussé à émigrer vers un pays que je ne connaissais pas.

J?ai quitté Madagascar parce que je ne pouvais plus supporter l?abus constant de pouvoir, le népotisme et la corruption que le pouvoir semblait ignorer totalement. J?ai quitté parce que j?étais une « Andevo » et que je ne pouvais plus supporter d?être considérée comme un esclave, un paria dans mon propre pays. J?ai quitté parce que, comme Martin Luther King, moi aussi j?avais un rêve, « un rêve de vivre un jour dans un monde ou je serais jugée non par la texture de mes cheveux mais par le contenu de mon caractère ».

Chaque fois que je rentrais au pays, j?ai espéré que les choses iraient mieux, mais, à mon grand désappointement, rien n?a fondamentalement changé. En fait, il m?est apparu que les conditions ont même empiré. Je continuais de revenir dans un pays qui s?appauvrissait, peuplé par des gens stoïques, fiers et pacifiques dont les visages fatigués se lisaient comme des répliques des douze stations de la croix. Ils étaient lessivés par tant d?années de pouvoir égoïste plus intéressé par les poches de la nomenklatura que par le bien être de leur pays et de leurs concitoyens.

Aujourd?hui, je regarde la nouvelle administration prendre en charge le pays.
J?ai de nouveau l?espoir et je forme mes meilleurs v½ux pour cette équipe et mes concitoyens. Je vois le contrôle d?un leader non-conformiste qui a la vision et le courage de mettre l?enrichissement de sa personne de côté et de conduire l?Ile vers un 21ème siècle prospère. Je vois un leader progressiste qui sait la différence entre la dictature et la démocratie réelle et qui ne trahira pas ses concitoyens par abus de pouvoir. Je vois un dirigeant dynamique qui peut générer des changements positifs dans la vie des Malgaches. Je vois un dirigeant revitalisant qui peut encourager ce peuple à marcher comme un seul, indépendamment des origines. Je vois un leader plus sage et pacifique qui pourvoira à un accès égal à la santé de chaque citoyen. Je vois un dirigeant suffisamment sage pour ne pas tomber, dans sa quête de la justice, dans les vices qu?il combat.

Finalement, comme les enfants de notre avenir, j?espère que nos nouveaux dirigeants vont réaliser qu?en fait, « un esprit est une chose terrible à gaspiller » et qu?ils sauront placer les enfants au plus haut de leurs priorités en révolutionnant le système éducatif de manière à ne laisser aucun enfant en arrière, qu?ils puissent chacun devenir ce qu?ils souhaitent être et s?accomplir sur la scène locale, nationale ou internationale.

Traduit de l’anglais par Christian Lehmann