dimanche , 5 décembre 2021
enfrit
L’ancien président malgache, en exil en Afrique du Sud, depuis le coup d’Etat de 2009, revient à la charge. Il a annoncé officiellement son basculement dans l’opposition après avoir soutenu le régime Hery Rajaonarimampianina durant quelques mois.

Marc Ravalomanana bascule dans l’opposition

Le soutien artificiel apporté par l’exilé d’Afrique du Sud devait prendre fin. La question essentielle consiste à savoir si les membres de la mouvance Ravalomanana qui ont intégré le gouvernement actuel dirigé par le Premier ministre, Kolo Roger, vont déposer leur démission. A commencer par le ministre de l’Agriculture, Roland Ravatomanga. Pour le moment, il n’affiche pas la volonté de s’en aller. Mais on attend sa réaction et celle du président de la République lors du prochain Conseil des ministres.
Le basculement de Marc Ravalomanana dans l’opposition était prévisible, car, depuis quelques temps, le torchon brûle entre lui et le pouvoir en place. Le renouvellement du passeport diplomatique de l’ancien président a été bloqué par le ministère des Affaires étrangères depuis plusieurs mois, l’empêchant ainsi de voyager. Le retour au pays de l’exilé d’Afrique du Sud n’a jamais été non plus une priorité pour le nouveau régime à Antananarivo malgré les dispositions de la Feuille de route de sortie de crise signée en 2011 qui préconise le retour de tous les exilés politiques. Depuis quelques mois déjà, le langage adopté par les partisans de l’ancien président a été celui d’opposants farouches. Mais il fallait que Marc Ravalomanana lui-même apporte les éclaircissements nécessaires à sa position politique. Il se peut également que le poste de « chef de l’opposition » au niveau de l’Assemblée Nationale soit confié à Guy Rivo Randrianarisoa, député élu au titre de la mouvance Ravalomanana dans le cinquième arrondissement de la capitale.