dimanche , 2 octobre 2022
enfrit
Les agents du département technique de la chaîne nationale, TVM, ont tenu une réunion d’urgence le lundi 18 mai. Il était question notamment des nouvelles nominations de chefs service au sein de la télévision publique.

Pagaille au sein de l’audiovisuel public

Depuis quelques semaines, la télévision nationale est en ébullition. Une valse hésitation sur la nomination d’un nouveau directeur de la chaîne nationale a débouché sur un véritable panier à crabes au sein de l’audiovisuel public malgache. Le directeur de la TVM a ainsi changé en l’espace de quelques semaines. Initialement, Johary Ravoajanahary était en effet supposé le nouveau directeur de la TVM depuis la mise en place du gouvernement de Transition, au mois de mars.

Grande fut la surprise, chez les employés de la chaîne publique, quand le Secrétaire générale du tout nouveau ministère de la Communication était récemment venu dans les locaux de la télévision nationale et de la radio nationale pour présenter le nouveau directeur en la personne de Nicolas Ratsimandresy. Ce dernier était pourtant supposé partir à la retraite cette année. Le soir même, le nom de Johary Ravoajanahary a été néanmoins cité dans les radios privées de la capitale comme étant le nouveau directeur, étant donné que le choix de l’ensemble du personnel aurait porté sur lui.

Finalement, une note ministérielle désignant Nicolas Ratsimandresy comme directeur de la TVM a été publiée récemment. Un véritable imbroglio était dans l’air. Actuellement, la polémique ne tourne plus uniquement autour de la nomination d’un directeur. Les nouveaux chefs de service ne font pas tous l’unanimité.

A la suite de la nomination de Ratsimandresy en tant que Directeur de la TVM, Johary Ravoajanahary est censé occuper la direction de la radio nationale alors qu’une autre personne a été déjà nommée à ce poste par le gouvernement de Transition. Des banderoles de contestation ont été même brandies par certains agents de l’audiovisuel public, la matinée du 18 mai dans les locaux de la TVM et de la RNM à Anosy. Une histoire à suivre.