dimanche , 23 juin 2024
enfrit
Depuis le début de la crise politique, la presse malgache vit des jours assez difficiles. Les aînés ont invité les jeunes professionnels à la modération.

Presse malgache: la leçon des aînés

Le contrôle des médias par des groupes d’intérêts politiques et économiques à Madagascar a bien changé la pratique du journalisme au cours des dernières décennies. Les temps de crise sont révélateurs de cette nouvelle tendance, pas forcément bénéfique pour les professionnels et le métier en général.

En 2002, comme en 2009, les journalistes se sont retrouvés souvent dans une situation plus qu’embarassante selon qu’ils travaillent pour un organe de presse proche de l’un ou l’autre camp impliqué dans la crise politique.

Les efforts de rassemblement des journalistes, issus de tous bords, s’avèrent complexes. Le club des journalistes de doyen, regroupant des journalistes en retraite ou encore en activité, a ainsi lancé un appel à la modération à la jeune génération. C’est en effet le moment de relancer la nécessaire solidarité des professionnels des médias malgré les intérêts antagoniques des propriétaires des organes de presse. Un appel à la clémence à l’endroit des uns et des autres n’est donc pas superflu. Et les « doyens » ont franchi le Rubicon. Une réunion a été à cet effet convoquée mercredi dans la capitale.

Le métier, il est vrai, ne se porte pas bien. Des journalistes ont été effectivement menacés. La crise politique n’est pas près de finir actuellement malgré la prise de pouvoir par une équipe qui dirige la Transition à Madagascar. C’est dire que les conditions de travail des journalistes sont toujours assez difficiles. En clair les aînés ont appelé les journalistes à se respecter davantage et à éviter les provocations qui puissent causer des nuisances aux confrères. Le temps déterminera s’ils ont été entendus. Les aînés espèrent en tous cas qu’ils n’auront prêché dans le désert.