dimanche , 23 juin 2024
enfrit
Ses équipements ont été dérobés par les militaires de la Haute Autorité de Transition, mais avec le peu de moyen dont elle dispose la radio Mada continue d’émettre.

Radio Mada contre vents et marées

Andry Rajoelina était farouchement contre l’atteinte à liberté d’expression et d’opinion mais une fois à la tête de la Haute Autorité de Transition, l’unique radio d’obédience Ravalomanana était sa principale cible. A deux reprises, la radio Mada a été saccagée par les forces de l’ordre. Malgré cette menace permanente, l’équipe, a priori très réduite, de la radio a décidé de reprendre les émissions dans des conditions visiblement assez difficiles étant donné qu’aucun des équipements de la radio ne lui a été jusqu’à présent restitué par les autorités de la Transition.

La radio Mada émet toujours sur la bande FM 100.8 dans la capitale, mais les conditions de réception sont très difficiles en raison d’un manque flagrant de moyen. La radio de Marc Ravalomanana émet à partir d’un endroit caché pour éviter un troisième saccage de son siège à Faravohitra. 

Les animateurs font preuve d’abnégation et de volonté de fer pour véhiculer les messages des légalistes. Les auditeurs ont aussi la possibilité d’intervenir en direct par téléphone pour s’exprimer sur la situation de crise politique dans la Grande Ile. 

En 1999, la radio Mada est rachetée par Marc Ravalomanana à un journaliste malgache. La station de radio lui a servi de principal outil de communication, il y a déjà 10 ans, pour accéder à la mairie de la capitale. La radio poursuit son combat actuellement pour le retour à l’ordre constitutionnel après le coup d’Etat de Andry Rajoelina soutenu par une frange de l’armée en mi-mars. Le groupe audiovisuel de Marc Ravalomanana, la MBS, ayant été saccagé et incendié par les partisans de Andry Rajoelina, en fin janvier.