mardi , 18 janvier 2022
enfrit
Régime HVM : Une nouvelle erreur qui risque d’être fatale
Trois ans et demi au pouvoir. Le compte à rebours a-t-il déjà commencé?

Régime HVM : Une nouvelle erreur qui risque d’être fatale

Une simple célébration d’un anniversaire interdite, et un stade bouclé par les forces de sécurité. Ce pourrait être la goutte d’eau qui fera déborder le vase. En empêchant le parti de l’ancien président, Marc Ravalomanana, le Tiako i Madagasikara (TIM), de tenir une manifestation au stade de Mahamasina pour son quinzième anniversaire, le régime HVM est désormais appelé à faire face à un nouveau vent de fronde.

Les autorités politiques et militaires ont choisi les manières fortes pour empêcher les festivités du TIM : retrait d’une autorisation déjà livrée par la préfecture de police, désinstallation manu militari des banderoles et autres visibilités du TIM à Mahamasina et mise en garde sévère à l’égard des éventuels manifestants. Sauf que les menaces en tout genre semblent, au contraire, revigorer l’ardeur des militants du TIM et des sympathisants de Ravalomanana.

Ancien allié du régime HVM, ayant compté quelques ministres au sein du gouvernement, le TIM a récemment pris le large. Marc Ravalomanana, après divers points de divergence avec les dirigeants, a décidé de basculer officiellement dans l’opposition.

La préfecture de police a notifié le TIM concernant l’annulation de leur autorisation de tenir un rassemblement au stade de Mahamasina, le 8 juillet 2017. « Il n’y a pas de droits acquis en matière de maintien de l’ordre, mais nous devons agir en fonction du nouveau contexte », a soutenu le préfet de police.

Marc Ravalomanana voit les choses autrement. « Une autorisation a été déjà livrée, nous n’allons pas reculer », a-t-il lancé. La manifestation du 8 juillet est maintenue, à ses yeux, quelque soit le risque de confrontation, puisque, de nombreux analystes sont convaincus que la « provocation »émanait bel et bien du régime HVM.

Déjà politiquement très isolé, le parti au pouvoir prend un énorme risque d’engager un nouveau bras de fer avec l’ancien président, Marc Ravalomanana. Une coalition d’opposants pourrait très vite faire bloc derrière le TIM actuellement, car le HVM a déjà fait beaucoup de déçus. En trois ans, de nombreux anciens alliés ont rejoint l’opposition.