dimanche , 23 juin 2024
enfrit
Après l’incendie et le chômage technique incontournable du groupe audiovisuel de Marc Ravalomanana, la MBS, des partisans du président sortant ont mis en place une nouvelle chaîne de télévision.

Une nouvelle chaîne à l’essai technique

Depuis quelques jours, une nouvelle chaîne de télévision
privée, dont la dénomination est encore inconnue, effectue des essais
techniques à Antananarivo. Sa dénomination pourrait être TV mada selon la presse
locale, et la nouvelle chaîne aurait « récupéré » la licence d’exploitation
de la MBS, incendiée par les partisans de Andry Rajoelina, lors des émeutes de
fin janvier.

Depuis quelques jours, une nouvelle chaîne de télévision privée, dont la dénomination est encore inconnue, effectue des essais techniques à Antananarivo. Sa dénomination pourrait être TV mada selon la presse locale, et la nouvelle chaîne aurait « récupéré » la licence d’exploitation de la MBS, incendiée par les partisans de Andry Rajoelina, lors des émeutes de fin janvier.

 

Le lieu d’émission de la nouvelle chaîne est tenu secret pour des raisons de sécurité. De même, la radio mada émet à partir d’un endroit inconnu du public jusqu’à présent, avec a priori un personnel très réduit.  Ce sont en effet, pour le moment, les deux principaux moyens de communication des partisans de Marc Ravalomanana, encore à l’étranger depuis son départ forcé du pouvoir en mi-mars.

Depuis quelques jours, la radio mada retransmet quotidiennement en direct les manifestations des partisans de Ravalomanana sur la place de la démocratie. Les anciens animateurs ont toutefois disparu du monde audiovisuel à la suite du départ de Marc Ravalomanana du pouvoir. Au nom de la liberté d’opinion et d’expression certains employés de la radio ont quand même repris le relais, permettant à radio mada de fonctionner tous les jours. Des correspondants locaux, au niveau de certaines régions de la Grande Ile continuent également d’assurer le service.

Pour sa part, les nouveaux dirigeants de la Transition disposent dorénavant de la chaîne nationale, TVM et de la radio nationale, RNM, pour assurer sa communication sur l’ensemble du territoire, outre le groupe audiovisuel privé Viva, appartenant à Andry Rajoelina. Ce dernier a promis la véritable liberté d’expression au niveau notamment de l’audiovisuel public, RNM et TVM. Des employés de ces station et chaîne publiques  qui ont rejoint les manifestants pro-Ravalomanana dénoncent toutefois des mises en garde du ministère de la Télécommunication à la suite de la diffusion assez fréquente des manifestations de la place de la démocratie, à Ambohijatovo.