mercredi , 23 octobre 2019
enfrit
La communauté internationale en générale n’a pas beaucoup apprécié l’initiative « unilatérale » de Andry Rajoelina de finir, tout seul, la Transition.

Gouvernement Roindefo : La communauté internationale dénonce

« Unilatérale », donc contraire aux accords et à l’esprit de Maputo. C’est de cette manière que les représentants du corps diplomatique à Antananarivo, ainsi que les membres de la délégation du Groupe des médiateurs en mission à Madagascar, ont qualifié la décision de la mouvance Rajoelina de mettre en place son propre gouvernement.

Le groupe des médiateurs parle d’une « évolution préoccupante de la situation politique » à Madagascar. Et « rappelle la nécessité pour les parties malgaches de trouver une solution pacifique, consensuelle, inclusive et neutre à la crise ». Bref, le même leitmotiv depuis le début de la crise en janvier 2009.

Le groupe de contact « considère que la charte de la Transition et les accords subséquents signés à Maputo le 9 août demeurent le cadre de consensus pour une sortie de crise pacifique »

Malgré la détérioration de la situation, les médiateurs continuent de militer pour une reprise des négociations entre les quatre mouvances politiques (Andry Rajoelina, Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy).

La communauté de développement de l’Afrique Australe (SADC) évoquera le cas de Madagascar lors de son sommet de deux jours à Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo. De nouvelles sanctions internationales planent sur la Grande Ile qui risque de sombrer dans une autre crise socio-économique.