Vendredi , 16 novembre 2018
enfrit
Le barrage de Dabara source de litige social de plus en plus politisé

Le barrage de Dabara source de litige social de plus en plus politisé

Depuis quelques années, le barrage de Dabara, à l’ouest de Madagascar, est devenu une source de litige entre les populations environnantes en raison de l’insuffisance du débit de l’eau.

C’est la dégradation progressive de l’environnement qui est montrée du doigt actuellement. Une dégradation qui a entraîné au fil des ans une baisse des précipitations. Le débit de l’eau du barrage  a connu ainsi une importante réduction. On parle d’un débit qui tourne seulement autour de 7 à 10 m3/seconde, contre 12 m3 auparavant.

La principale conséquence, aujourd’hui, est l’insuffisance de la quantité d’eau pour arroser les rizières. Si, auparavant, l’eau du Dabara permettait trois récoltes de riz par an, les paysans doivent se contenter de deux, voire d’une seule récolte par an actuellement.

Depuis quelques mois, ne pouvant plus satisfaire les attentes des riziculteurs, le barrage du Dabara est à l’origine d’une mésentente quasi permanente entre les populations et les autorités. Ce litige tourne souvent à la violence, exploitée par certains politiciens de la région de l’ouest de la Grande Ile pour semer la zizanie.

En effet, pour limiter les conséquences de l’insuffisance de l’eau en amont du barrage, les vannes sont souvent fermées pour un temps déterminé, au détriment des riziculteurs qui se trouvent en aval du barrage. Certains paysans se sont donc mobilisés à un certain temps pour forcer l’ouverture des vannes. Les autorités locales devaient par conséquent mobiliser les forces de l’ordre pour garder le barrage du Dabara, entraînant davantage de frustration chez les paysans.

La région du Menabe, où le barrage est localisé, fait pourtant partie des greniers à riz de Madagascar. La situation actuelle risque de mettre à mal la capacité de production de la région. Il est pourtant difficile de trouver une solution immédiate à cette situation, étant donné qu’il faudra des années pour redresser la dégradation de l’environnement au niveau de la région.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>