Mercredi , 24 janvier 2018
enfrit
Industrialisation : Des incitations et des facilitations en vue
Malgré une certaine fragilité, les zones franches contribuent au développement de l'industrie et à la création d'emplois à Madagascar

Industrialisation : Des incitations et des facilitations en vue

La contribution du secteur industriel au PIB de Madagascar a stagné autour de 15% au cours des dernières décennies. La concurrence déloyale des produits d’importation et les crises politiques récurrentes ont été désignées comme étant les principales raisons de cette stagnation. Mais les acteurs économiques du pays ont également montré du doigt le manque d’incitations de la part du pouvoir public.

D’ici à 2025, le Syndicat des industries de Madagascar (SIM) estime que la contribution des industries du pays du PIB devrait atteindre les 25%, mais la prise en compte de différents paramètres doit toutefois être en jeu.

Un nouvel espoir est né actuellement à la suite de l’adoption d’une loi sur le développement industriel. Mais les principaux intéressés préfèrent jouer la prudence en attendant l’application progressive du texte qui venait d’être adopté par le parlement en ce mois de décembre 2017.

C’est bien la première fois que la Grande Ile dispose d’un texte législatif visant la promotion et le développement de l’industrie. La loi sur le développement industriel prévoit des incitations et des facilitations pour les industries, mais la mise en œuvre de ces mesures nécessite une volonté politique et un appui continu des partenaires techniques et financiers du pays.

Les industries naissantes devraient bénéficier, d’après la nouvelle loi, d’incitations fiscales et non fiscales afin de favoriser leur implantation et leur démarrage. La loi sur le développement industriel prévoit aussi la mise en place d’un Fonds national pour le développement de l’industrie, la création d’une agence nationale pour le développement de l’industrie et la mise en place d’une zone d’investissement industriel.

Divers partenaires se sont impliqués dans la promotion de l’industrialisation dans la Grande Ile, pour ne citer que la Fondation allemande Friedrich Ebert. Une alliance pour l’industrialisation durable de Madagascar a ainsi récemment vu le jour. La démarche a permis la mise en place d’une charte signée par des groupements patronaux, comme le SIM et le FIVMPAMA, et des entités de la société civile comme la Conférence des travailleurs Malagasy (CTM), la Solidarité Syndicale de Madagascar (SSM) et le Cercle de Réflexion des économistes de Madagascar (CREM).

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>