Mardi , 12 décembre 2017
enfrit

Deux Sommets et des financements : une diplomatie très rentable

Déjà dans l'ambiance des Sommets de la Francophonie et du Comesa

Déjà dans l’ambiance des Sommets de la Francophonie et du Comesa

Après une année 2014 passée à réparer les effets de la crise, 2015 n’a accouché que des plans pour le développement économique du pays mais a été marquée par le retour partiel de la confiance des partenaires et des bailleurs de fonds. Pour 2016, « nous entamons une année de travail », a annoncé le président Hery Rajaonarimampianina, espérant que « les fruits dépassent la promesse des fleurs ».

« Je crois qu’aujourd’hui, on peut rêver, on peut rêver parce qu’on va travailler, et je sais qu’en travaillant, on va y arriver ». La réponse du président Rajaonarimampianina au discours aussi critique que poétique du doyen des corps diplomatiques, Mohamed Amar, a été mal reçue par les malgaches. En 2016, on en est encore au stade du rêve, les grandes promesses présidentielles tardent à devenir une réalité.

Retour aux Sommets

Le concret annoncé en ce début d’année ne l’est pas vraiment, car il s’agit de projets. Les premiers sont le double sommet que Madagascar recevra. « Symboliquement, ces deux grandes rencontres au sommet consacrent le retour de Madagascar dans le concert des nations. Pendant les deux années précédentes, nous avons déployé nos efforts et notre énergie afin de retisser nos liens avec le monde, après les années de rupture », a déclaré Hery Rajaonarimampianina.

« Cette année 2016, c’est le monde qui vient à nous et nous nous attacherons à être à la hauteur d’un tel honneur et des opportunités de valeur ajoutée que nous devrons transformer en projets économiques, sociaux et culturels par la suite », a continué le président. Il estime que « le Sommet du COMESA contribuera à renforcer les liens économiques au sein du continent africain, berceau de l’Humanité et porteur de la croissance mondiale dans les années à venir », tandis que le Sommet de la francophonie permettra de recevoir les représentants de 80 pays pour discuter de la « Croissance partagée et développement responsable, les conditions de la stabilité dans le monde et dans l’espace francophone ».

Des voyages présidentiels qui ont rapporté gros ?

Hery Rajaonarimampianina a défendu un maigre bilan sur le plan social et a évoqué les efforts que l’Etat a consentis au bénéfice des plus vulnérables dans le domaine de la santé, de l’éducation, de l’inclusion économique et sociale. « On ne peut pas accepter de prendre en main la destinée d’un pays et oublier ceux qui en constituent le socle ». Sur le plan économique, 2016 est sous de bonnes auspices après le retour de la confiance des bailleurs de fonds internationaux. « De nombreux secteurs de gouvernance et de développement ont pu être financés. Le montant total est de 983 millions de dollars dont une partie est composée d’aides non remboursables ».

« On l’a obtenu grâce aux rencontres au sommet, aux réunions internationales, à des rencontres avec des investisseurs internationaux… Tout cela a un coût mais le résultat est inestimable », se justifie le président, lui qui a été un temps critiqué pour ses nombreux déplacements à l’étranger. Il affirme que le fonds disponible permet d’accélérer et d’étendre les actions de développement. Il espère que la conférence des bailleurs et investisseurs prévu ce premier trimestre ouvrira la porte à d’autres financements.

Le président Rajaonarimampianina annonce de grands travaux d’infrastructures. En 2016 et 2017, un fonds de 450 millions d’euros est destiné à la construction de routes. Parmi les projets, nombreuses sont les routes nationales longeant le littoral sud, nord, est et ouest de Madagascar. « Ces infrastructures vont apporter une amélioration dans le quotidien de millions de malgaches. Elles vont générer des emplois et renforceront l’unité ».

Recueillis par A. Herizo