Mardi , 12 décembre 2017
enfrit
Olivier Mahafaly : Une PGE trop banale pour susciter l’enthousiasme
Le premier ministre Olivier Mahafaly face aux députés (Ph: Primature)

Olivier Mahafaly : Une PGE trop banale pour susciter l’enthousiasme

Le chef du gouvernement a présenté une Politique Générale de l’Etat qui s’articule autour de trois axes, à savoir le renforcement de la Gouvernance, la reprise économique et l’élargissement de l’accès aux services sociaux de base de qualité. « Pour réaliser cette mission titanesque, mon Gouvernement entend d’abord soulager les souffrances sociales basiques de la population, redonner la confiance en matière de gouvernance pour relancer ensuite l’économie », a déclaré Solonandrasana Olivier Mahafaly.

Le premier ministre annonce des mesures qui semblent solutionner des problèmes de manière pratique mais on ne sait rien de la manière et surtout des moyens. Dans sa politique sociale, le gouvernement va combattre l’analphabétisme, la grossesse précoce chez les jeunes filles, le chômage, les maladies transmissibles… Il veut généraliser les classes de préscolaire, les cantines scolaires, augmenter le taux de desserte en eau potable, améliorer l’accès aux soins par la Couverture de Santé Universelle, faciliter la création d’emplois sur la base du programme de Protection Sociale Intégrée, stabiliser le prix du riz, promouvoir la production d’éthanol pour créer des emplois… « Toutes ces annonces ne sont que des promesses, tempère André Ramarokoto, membres du syndicat des enseignants. On reste sceptique sur la réelle capacité de l’Etat à prendre ces mesures alors qu’on doit lutter pour obtenir ce qui nous est dû ». Il salue toutefois l’initiative de faire baisser le prix du riz et de faciliter l’accès aux soins.

Par l’instauration de la bonne gouvernance, le nouveau gouvernement espère rétablir la confiance aux dirigeants, la confiance en la justice et à l’administration en général y compris aux forces de l’ordre. Il entend promouvoir la transparence et la redevabilité, le management axé sur le résultat, le budget participatif des collectivités, l’utilisation rationnelle des financements disponibles, la maitrise des dépenses publiques et l’Etat de droit. Solonandrasana Olivier Mahafaly promet de rendre indépendants les organismes de lutte anti-corruption. Des unités spéciales bien équipées seront envoyés dans les zones rouges pour combattre l’insécurité. La sécurisation sera une priorité dans les ports, les aéroports et la Zone Economique Exclusive. « Faire de l’indépendance du Samifin et du Bianco un objectif c’est reconnaitre que ces organismes n’ont jamais pu travailler correctement ou n’ont jamais pu inquiéter les gens du pouvoir, estime Lalao Hanitriniaina, membre d’une ONG œuvrant dans la promotion de la bonne gouvernance et la démocratie. Elle estime que les « Dina » ou pacte villageois sont plus efficaces que les représentants de l’autorité et les forces de l’ordre pour rétablir la sécurité, pointant du doigt une faiblesse de l’Etat de droit.

Dans le volet économique de la PGE, l’agriculture est l’un des rares secteurs où l’on annonce des objectifs chiffrés comme l’aménagement de 50 000 Ha de superficies agricoles, la construction et la réhabilitation de 100 infrastructures, la formation de 6 800 jeunes entrepreneurs… Le gouvernement mise sur la législation et la réglementation pour relancer l’économie. L’octroi d’une License de prêche, la protection et la sécurisation des consommateurs, la régulation et le contrôle des activités commerciales, les réglementations touristiques, les projets de lois sur le Code minier et sur le Code pétrolier. Le gouvernement entend attirer les investisseurs par la réalisation des grands projets d’infrastructures et la mise en place de Zones Economiques Spéciales. « Nous avons assez de réglementations, ce qu’il nous faut ce sont des mesures incitatives, un environnement des affaires stable et attractif », commente Daniel R, chef d’une PMI. Il espère des mesures concrètes pour défendre l’industrie malgache. Dans le secteur industriel, le gouvernement promet une assistance et un appui aux filières agro-industrie et industrie légère de transformation. Enfin dans le domaine de l’énergie, Olivier Mahafaly affirme le choix de l’énergie renouvelable pour fournir de l’énergie à moindre coût en milieu urbain et rural. L’exploitation de l’éthanol domestique sera développée pour fournir de l’énergie électrique et calorifique. « Le premier ministre n’a pas rassuré les entreprises qui souffrent du délestage », souligne Daniel R.

Solonandrasana Olivier Mahafaly rassure quant à lui que, au nom de la redevabilité, seront mis à la connaissance du public à temps opportun l’identification précise des actions sur le terrain, le chronogramme des réalisations et les financements, indicateurs de performance et plus d’explications. En attendant, les députés étaient septiques et déçus de sa prestation, sans doute frustrés de ne pas avoir pu poser des questions.