Mardi , 12 décembre 2017
enfrit
Réconciliation nationale : Les églises de nouveau sollicitées
Le jubilé de la FJKM, sous la houlette du pasteur Ammi Andriamahazosoa, a permis de réunir côte à côte Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina malgré les tensions qu'il fallait oublier au moins le temps d'un culte.

Réconciliation nationale : Les églises de nouveau sollicitées

Les églises chrétiennes réunies au sein du FFKM sont sollicitées par des organisations politiques actuellement pour relancer le processus de réconciliation nationale qui piétine à Madagascar depuis plusieurs mois.

Le recrutement des membres du Conseil national de réconciliation est sur la bonne voie. Mais les acteurs politiques en général ainsi que la société civile semblent plutôt sceptiques. Depuis la crise de 2009, à la suite du coup d’Etat, toute démarche institutionnelle, que ce soit au niveau national ou au niveau international, n’a effectivement abouti à rien. Au contraire, cela a débouché sur une élection présidentielle qui a exclu les principaux acteurs de la crise et une instabilité politique chronique que la Grande Ile continue à vivre actuellement.

C’est en constatant les errements des huit dernières années, que le FFKM prend de nouveau conscience de son devoir. Même si, comme tout le monde le sait, en 2009 et avant les élections de 2013, les initiatives de réconciliation menées par les chefs d’églises n’ont pas pu aboutir non plus à une solution applicable, contrairement à la démarche de 1991 qui a permis de sortir le pays d’une impasse, marquée par des morts d’homme et sept mois de grève générale, pour faire tomber la République socialiste de l’amiral Didier Ratsiraka.

Pour le moment, les églises chrétiennes n’ont pas de projet concret pour réunir les acteurs politiques malgaches. Mais quand l’église protestante réformée FJKM, lors de la célébration de son cinquantième anniversaire à Antsiranana, a pu, tant bien que mal, obtenir une poignée de main solennelle entre le président Hery Rajaonarimampianina et l’ancien président Marc Ravalomanana, les idées ont de nouveau germé afin de responsabiliser le FFKM, dont la FJKM est membre à part entière.

Des groupements politiques continuent de rencontrer des chefs d’église pour évoquer la situation politique dans le pays mais le FFKM a préféré, au cours des derniers temps, jouer la carte de la prudence. L’archevêque catholique, Odon Razanakolona, rencontre régulièrement des politiciens et des acteurs de la société civile mais l’église catholique de Madagascar n’a pas pris de position sur les affaires nationales en dehors des communiqués très critiques de la conférence épiscopale de Madagascar.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>