vendredi , 18 octobre 2019
enfrit
Trésor public : une vie après Orlando Robimanana
Les retraités ont pu toucher leur pension à la pairie générale d'Antaninarenina

Trésor public : une vie après Orlando Robimanana

Le mouvement des employés de la direction générale du Trésor s’est essoufflé quand le syndicat a accepté de revenir au travail pour assurer la distribution des pensions et des soldes. Il est définitivement acquis que l’ancien Directeur général Orlando Robimanana ne sera pas réinstallé dans ses fonctions. Le ministre François Marie Gervais Rakotoarimanana a dénoncé un culte de la personnalité qui voudrait faire croire que le DGT limogé est la seule personne capable de bien gérer l’argent de l’Etat.

 

Formation à la française

Nommer un jeune et brillant diplômé n’est pas forcément un signal positif. L’opinion retient plus le fait que celui-ci a fait ses classes à l’INSCAE, là où a enseigné l’expert-comptable Hery Rajaonarimampianina. L’ambassadeur Goldblatt devrait-il être le premier rassuré, car le nouveau DGT est diplômé de LEcole Nationale du Trésor Public de France. Pierre Jean Feno, 42 ans, n’a pas une longue expérience, mais il a surement la compétence minimum exigée pour le poste. Le ministre des Finances l’a adoubé puisqu’il a été admis dans cette école française par voie de concours.

S’il y a un handicap pour Pierre Jean Feno, c’est le peu de confiance qu’on lui accorde avant même qu’il ne fasse ses preuves, cela à cause des circonstances de sa nomination. Employés du Trésor, partenaires, classe politique, bailleurs de fonds et de simples citoyens qui fulminent un « Je suis Orlando » venu d’ailleurs, tous attendent de voir que le nouveau DGT n’est pas un simple caissier à la solde du gouvernement. Malgré sa spécialisation, ce fonctionnaire ne vient pas de la direction du Trésor mais du ministère des Finances. C’est l’homme du ministre.

Ambition ou fantasme politique

Orlando Robimanana avait une stratégie de communication très proactive. Une vingtaine de personnes travaillent pour faire de la « propagande » pour le Trésor, mélangeant communication institutionnelle et informations économiques. Cette équipe a habilement critiqué tous les aspects de la mauvaise gouvernance de différents gouvernements et a fait de son chef un héros. La presse s’est rangée du côté du DGT, « l’homme intègre et de principe » dans son bras de fer contre un Rivo Rakotovao décrit comme un « dictateur ». Même si l’homme fort du gouvernement parait aussi impassible qu’invincible, le régime en place cherche à se débarrasser du « petit DG » récalcitrant.

Voie de garage, retraite anticipée ou poste d’ambassadeur, tout est bon pour dissuader Orlando Robimanana de se lancer dans la politique. Selon des indiscrétions, l’homme avait juste l’ambition de briguer le poste de ministre des Finances, une promotion qu’il n’aura pas avec le régime Rajaonarimampianina. Dans l’histoire récente de Madagascar, ceux qui croient être un héros et victime du régime en place ont fini par prendre le pouvoir. Voir l’ancien DGT dans la politique reste pour le moment un fantasme de certains partis et politiciens en mal de leader charismatique. 2018, c’est encore loin. En attendant, le HVM et consorts ont d’autres adversaires à fouetter.

A. Herizo