lundi , 23 mai 2022
enfrit
Fondée par un certain Andriamangarira vers 1725, la cité d'Antsahadinta recèle encore aujourd'hui de nombreux vestiges du passé.

L’ancienne cité d’Andriamangarira

Ce n’est pas seulement pour la beauté de son paysage typique au monde rural des hautes terres malgaches que la colline d’Antsahadinta mérite une attention particulière. Localisée à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de la capitale, Antananarivo, Antsahadinta fait partie des 12 collines sacrées qui constituaient le pilier de la royauté de l’Imerina dans le centre du pays et à partir de laquelle a commencé une véritable unification de la Grande Ile. Actuellement, une association locale s’échine à réhabiliter les vestiges du passé à Antsahadinta. A commencer par l’ancien enclos royal ainsi que quelques tombeaux appartenant à la dynastie qui y régnait jadis. Ces vestiges apportent souvent un lot de révélation. C’est à Antsahadinta, par exemple, que repose Rabodozafimanjaka, l’une des épouses du Roi unificateur de l’Imerina, Andrianampoinimerina. Elle est connue pour avoir été empoisonnée car suspectée d’avoir trahi le roi.