Jeudi , 14 décembre 2017
enfrit
Le charbon de bois de plus en plus cher

Le charbon de bois de plus en plus cher

Dans les grandes villes de Madagascar, le prix du charbon a connu une hausse subite au cours des dernières semaines. A certains endroits, on commençait même à parler de pénurie. Mais finalement, les consommateurs  se sont rendu compte que la rareté du produit est due à plusieurs raisons.

Tout d’abord, la baisse de la production a eu une conséquence sur le prix. Cette baisse de la production est liée au départ de certains producteurs à leur village d’origine en vue de la période du « famadihana »,  une tradition d’exhumation pratiquée durant la période hivernal sur les hautes terres malgaches et dans quelques régions du centre de Madagascar.

En outre, les détaillants parlent aussi de la hausse du prix chez les grossistes. Ces derniers, quant à eux, évoquent la dégradation des routes et des pistes pour l’acheminement du charbon ainsi que l’abus des agents de circulation qui ont souvent tendance à racketter les transporteurs de charbon. « Les gendarmes et les policiers nous demandent à chaque passage de payer 10 000 Ariary au moins. Nous sommes conscients que c’est une activité qui nuit à l’environnement, mais le charbon de bois reste toutefois une énergie accessible à la majorité des Malgaches », explique un grossiste.

Parmi les facteurs qui ont également entraîné une hausse subite du prix du charbon de bois, il y a la tendance à couper les arbres de plus en plus jeunes. « Auparavant, il fallait attendre au moins cinq ans, mais actuellement les coupes sauvages sont très courantes. Les charbonniers abattent souvent des arbres de deux ans. Ce qui contribue à la rareté du bois pour la fabrication du charbon » d’après un autre grossiste.

Tous ces facteurs, entre autres, ont exercé la pression sur le marché dans les centres urbains. A Antananarivo, la capitale, le prix du sac de charbon a connu une hausse d’environ 25% en quelques semaines, passant de 15 000 Ariary à 20 000 Ariary, voire plus. De nombreux foyers devaient trouver les moyens d’en réduire la consommation. Interviewée sur une radio privée, une mère de famille a affirmé : « Nous essayons de réduire notre consommation de graines sèches pour économiser notre charbon ».