dimanche , 2 octobre 2022
enfrit
Paludisme : Une baisse du taux de prévalence sur les régions centrales
Le recours au moustiquaire fait partie des modes de préventions vulgarisés depuis longtemps

Paludisme : Une baisse du taux de prévalence sur les régions centrales

 

La lutte contre le paludisme est une lutte de longue haleine sur la Grande Ile. On assiste actuellement à une baisse progressive du taux de prévalence de l’épidémie dans certaines régions, notamment celles du centre du pays.

Le Docteur Arsène Ratsimbasoa, Directeur du Programme national de Lutte contre le paludisme, est plutôt confiant des progrès réalisés au cours des dernières années. « Le taux de morbidité a connu une régression », affirme-t-il.

Actuellement, chez les enfants de moins de cinq ans, le paludisme est la huitième cause de mortalité si, quelques années auparavant, il en était la deuxième.

Pour certaines régions, la lutte contre le paludisme entre ainsi dans la phase de « pré-élimination » de l’épidémie. La situation est toutefois compliquée pour certaines localités. D’autant que près de 50% de la population malgache habitent dans les zones à risque.

Les médicaments de traitement contre le paludisme est censé être gratuit, après diagnostic, au niveau des Centres de soins publics. Le taux de morbidité encore assez élevé pour certaines régions s’expliquerait par le retard du début de traitement pour certains patients. Il n’est pas rare non plus que certaines catégories de la population n’accordent pas assez d’importance aux mesures de prévention.

Toutefois, la propagation de l’épidémie n’est pas toujours facile à juguler compte tenu des réalités vécues par l’ensemble de la population et en raison des conditions de vie en général. Les moustiques, les buissons et les eaux stagnantes sont omniprésents pour certaines zones d’habitation, à travers le pays.