jeudi , 1 décembre 2022
enfrit
Parking à Tanà : Un mode de gestion qui divise les usagers

Parking à Tanà : Un mode de gestion qui divise les usagers

Un nouveau système a été mis en place concernant la gestion des parkings du bord des rues du centre de la capitale, Antananarivo. C’est une société privée dénommée Easypark qui gère désormais les parkings, pour une période d’essai de six mois.

Depuis quelques temps, ce sont des agents de parkings de la société privée qui procède à l’octroi de ticket de parking à partir des horodateurs placés à quelques endroits du centre d’Antananarivo. Le principe a été censé être simple au début mais mal compris par les usagers, causant ainsi de fréquents malentendus entre les agents d’Easypark et certains automobilistes. Des marquages au sol ont été placés pour délimiter les zones de parkings sur les bords de rue. Tous les véhicules stationnés en dehors de ces zones de marquage sont considérés comme étant des contrevenants. De même, pour ceux qui dépassent la durée choisie du parking. L’occupation d’un parking n’est pas limitée mais les usagers doivent payer 500 Ariary par heure.

Des agents d’Easypark déposent ainsi les avis d’information pour les contraventions sur le pare-brise des véhicules contrevenants. Les amendes sont à payer auprès de la société Easypark. Mais les usagers ne sont pas rôdés à ce système. Car il était souvent beaucoup plus simple auparavant de négocier auprès des agents de police l’annulation d’une contravention.

« La mise en place du nouveau système avec les horodateurs, permet d’éviter les tricheries et, à terme, il permettra d’augmenter les recettes auprès de la Commune », a expliqué Maminiaina Rasolondraibe, Président Directeur Général d’Easypark, sur une station de radio privée d’Antananarivo. Il a également insisté sur la nécessité de mettre de l’ordre dans la gestion des parkings, afin de faciliter la fluidité de la circulation en ville. Mais tout le monde ne l’entend pas de cette oreille.

Notons que tous les investissements liés à la mise en place des horodateurs ont été financés par Easypark. De même, c’est la société qui paie les agents de parking. Plus de 250 individus ont été recrutés. En outre, 20% du chiffre d’affaire doivent être versés dans les caisses de la Commune urbaine d’Antananarivo. Ce qui permettrait, selon le PDG d’Easypark, de multiplier au moins par trois, d’ici quelques mois, les recettes de la Commune en matière de gestion des parkings.