samedi , 2 juillet 2022
enfrit
En 2010, les touristes ne paieront pas un droit de visa aux frontières de Madagascar. L’acquittement de cette somme bien que modique soulevait souvent la grogne chez les passagers à l’Aéroport d’Ivato.

Pas de droits de visa pour les touristes en 2010

Pour relancer le secteur touristique, le ministère du Tourisme a reconduit la mesure de suspension du paiement de visa dans la loi des finances. Cela concerne les courts séjours de moins de trois mois. Voilà une information positive qui vient redorer la destination Madagascar. En 2009, la baisse des arrivées touristiques a été la conséquence directe de la crise politique. Au total, ce secteur a généré un revenu de 308 milliards d’ariary. Le gouvernement a investi près de 30 milliards d’ariary dans les infrastructures.

Le chômage technique a frappé les entreprises touristiques, même dans les établissements même les plus prestigieux. Quoiqu’il en soit, un millier d’emplois ont été créés dans le secteur. De nouveaux hôtels et des agences de voyage ont ouvert leur porte durant la crise. L’année touristique 2009 a été sauvée grâce aux offres promotionnelles des compagnies aériennes. Air Madagascar a rempli ses avions grâce aux billets BOGOF, soit un offert pour un acheté. Les opérateurs dans les provinces ont pu compter sur l’arrivée des touristes, alors que Antananarivo a été évitée en raison des manifestations politiques.