jeudi , 18 août 2022
enfrit
Université de Tanà : Victime d’occupation illégale de terrain sans précédent
Les cités universitaires victimes d'une promiscuité dangereuse

Université de Tanà : Victime d’occupation illégale de terrain sans précédent

La situation se complique pour l’université d’Antananarivo, victime, depuis quelques années, d’un phénomène d’occupation illégale de terrain sans précédent.

A sa création dans les années 60, sous la première République, l’université de la capitale a été bâtie sur un vaste terrain pratiquement inoccupé à l’époque. Car la ville comptait à peine 600 000 habitants contre plus de 2 millions actuellement.

Le vaste terrain de l’université a suscité la convoitise à mesure que le nombre de population et d’immigrants venus dans la capitale ont augmenté au fil des ans.

Actuellement, une grande partie du terrain de l’université est illégalement occupée. Des constructions illicites ont pris place à proximité des cités universitaires, créant une promiscuité dangereuse. Les dirigeants de l’université parlent déjà d’une centaine d’immeubles en tout genre construite au fil des ans. Les responsables successifs de l’université étaient restés tétanisés, face à ce phénomène sans précédent.

Jusqu’à présent, les constructions illicites se poursuivent. Les opérations de démolition semblent de plus en plus difficiles dans l’immédiat, compte tenu du nombre d’occupants concernés. Le pari est ainsi de moins en moins évident, même si les dirigeants de l’université ont récemment affiché une certaine volonté de coopérer étroitement avec les autorités pour les aider à déloger les occupants illicites. Mais c’est un combat de très longue haleine, étant donné que la plupart des immeubles ont été construits en dur.