Lundi , 18 décembre 2017
enfrit
Boeny – Filière miel : comme les abeilles, l’union fait la force
Les apiculteurs de la région Boeny et les services d'appui technique se penchent sur la professionnalisation de la filière miel.

Boeny – Filière miel : comme les abeilles, l’union fait la force

Les acteurs de la filière miel se sont réunis pour concerter sur l’amélioration de l’accès au marché du miel de la Région Boeny. Apiculteurs, vendeurs et collecteurs ont discuté avec les représentants des services techniques en relation directe avec la filière et les autorités locales. L’objectif est de déterminer les processus à suivre afin de renforcer les chaines des valeurs de la filière miel.

« Afin d’éviter la concurrence déloyale entre opérateurs, il est plus sage et plus bénéfique de se rassembler quand on exerce la même filière », soutient Fernand Johanesa, Directeur du développement régional. La plateforme miel de Boeny s’est formée en juin 2014 a comme objectif d’implanter 1000 ruches améliorées dans la région d’ici 2016. Grâce à l’appui d’un Programme d’appui à la gestion de l’environnement malgacho-allemand, on en recense 800 actuellement, dont la plupart ne sont pas encore fonctionnelles.

Les acteurs de la filière ont été sensibilisés sur la nécessité d’instaurer une synergie pour mieux promouvoir leur filière par l’analyse d’une cartographie des activités des exploitations. Le miel n’est pas un produit facile à commercialiser. « Il faut trouver de déboucher, pratiquer le bon prix et s’assurer de la qualité du produit », souligne un producteur. Les techniciens proposent comme solutions « la mise en place de la traçabilité, la labellisation de la production ou encore la demande de certificat d’agrément qui sont toutes des étapes à franchir pour rehausser la valeur de la production miel ». Le PAGE-GIZ va doter prochainement la plateforme de Kit-miellerie comprenant un extracteur, une doseuse fileuse, et des sceaux en plastique de 40 kg.

Les apiculteurs de plusieurs communes rurales du district de Mahajanga II témoignent de la réussite du programme. A Ambalakida et Mariarano, les populations de base ou VOI produisent du miel de palissandre. Le passage à l’élevage a permis aux apiculteurs de presque doubler leur production, soit 10 litres/ruche contre 6 litres pour une cueillette dans la forêt de palissandre. Ces paysans ont bénéficié d’une formation par le programme et ont réussi à transvaser les colonies d’abeilles sauvages dans des ruches. Ils ne vivent pas uniquement de la filière miel qui est une activité alternative ou supplémentaire.