Dimanche , 17 juin 2018
enfrit
Madagascar, pour la promotion d’une filière cacao durable

Madagascar, pour la promotion d’une filière cacao durable

Des experts de l’Organisation Internationale du Cacao, conduits par l’Ivoirien Jean Marc Anga, séjournent à Madagascar pour se pencher sur l’avenir de la filière dans la Grande Ile. Un atelier sur le thème «Pour une filière cacao durable à Madagascar » se déroule ainsi à Antananarivo, la capitale, du 30 janvier au 1er février 2018, avec les acteurs de la filière, réunis au sein du Conseil national du cacao, les représentants du gouvernement et des partenaires techniques et financiers du pays.

Les questions relevant de la recherche, des infrastructures, de l’organisation de la filière et de la communication se trouvent au centre des discussions entre les acteurs concernés. L’élaboration d’une politique nationale du cacao et d’une feuille de route pour la promotion de la filière est attendue à l’occasion de l’atelier d’Antananarivo.

Il est question, pour Madagascar, de trouver les moyens de tirer profit de cette filière, essentiellement d’exportation. La production nationale, estimée à environ 10 000 tonnes par an,  est moindre par rapport à celle des autres pays grands producteurs, pour ne citer que la Côte d’Ivoire, avec une moyenne de plus d’un million de tonnes de production par an, mais, pour Madagascar, l’enjeu réside dans la qualité.

Les prix d’excellence obtenus par le cacao de Madagascar témoignent de sa qualité. On a cité notamment la médaille d’or du concours « Great taste Awards », en 2014, du label « cacao 100% fin », du « Top Brand » du salon du chocolat au Japon en 2016 et du « Prix Gold » obtenu par la Chocolaterie Robert en 2017.

Les contraintes sont nombreuses pour la filière cacao dans la Grande Ile. Le Conseil national du cacao a évoqué l’état désolant des routes pour l’évacuation des produits dans la partie Nord de Madagascar, la vieillesse des plantations et la fluctuation des cours du cacao au niveau international.

Pour faire face aux nombreux défis de la promotion de la filière, le Conseil national du cacao a été ainsi mis en place, regroupant les producteurs, les transformateurs et les représentants des organes étatiques. Diverses actions ont été déjà menées pour faire évoluer la filière, notamment la construction à Ambanja, dans le Nord, d’une pépinière de 4000 m2, la plus grande pépinière d’Afrique en ce moment, l’accompagnement des producteurs, l’amélioration du processus post récolte et la mise en place d’un mécanisme d’analyse de qualité avant l’exportation des fèves. Ces différentes mesures devraient permettre de maintenir la qualité du cacao malgache, à défaut de concurrencer les grands producteurs en termes de quantité.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>