Jeudi , 14 décembre 2017
enfrit
Foire de l’économie rurale : Plaidoyer en faveur d’une banque de développement

Foire de l’économie rurale : Plaidoyer en faveur d’une banque de développement

Cette année, la Foire internationale de l’Economie rurale de Madagascar (FIER-Mada) en est à sa dix-neuvième édition. L’événement a sillonné le temps, tout en continuant à susciter un certain engouement. Du 2 au 7 août 2017, FIER-Mada réunit au stade annexe de Mahamasina quelque 400 stands présentant les divers produits du terroir et les technologies utilisées par les agriculteurs.

Plusieurs milliers de visiteurs se rendent chaque année à la foire qui réunit des acteurs du secteur primaire et des artisans issus de toutes les régions de la Grande Ile.

Dès l’ouverture de la foire, la question concernant la nécessité de promouvoir les financements du secteur agricole a été évoquée. Le président de FIER-Mada, Jacques Ramanantsoa, est catégorique : « Sans banque de développement, le milieu rural ne pourra progresser que trop lentement », a-t-il spécifié.

Les acteurs économiques du milieu rural sont persuadés que la question du financement n’a jamais été suffisamment prise en compte jusqu’à présent. « Des institutions financières offrent divers services dans le milieu rural, depuis des décennies, mais les paysans sont parfois confrontés aux difficultés de remboursement en raison des taux d’intérêt appliqués, et compte tenu du manque d’expérience et de formation dans la gestion de leur projet », affirme, Ferdinand, membre d’une association paysanne de la région Vakinankaratra.

Que ce soit pour s’équiper, ou pour se prendre en charge lors de la période de soudure, les paysans producteurs ont pourtant un besoin croissant de financement. Des initiatives innovatrices ont été mises en œuvre au fil des ans, comme les financements hypothéquant des produits de la ferme et les récoltes, mais elles n’ont pas été appliquées à des échelles importantes. Le besoin de financement est ainsi toujours croissant.

Avec une population rurale dépassant les 70% des habitants de la Grande Ile, le secteur agricole contribue à hauteur de 29% au PIB du pays. Le ministère de l’Agriculture dénote toutefois que la majorité des paysans continuent à pratiquer une agriculture de subsistance. Ce qui a favorisé la stagnation de la production dans la plupart des cas, pour ne citer que celui du riz, principale denrée alimentaire au pays. Professionnalisation, formation et financement constituent ainsi les principaux thèmes évoqués à l’occasion de la nouvelle édition de la Foire de l’économie rurale.

 

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>