vendredi , 18 octobre 2019
enfrit
PMO, l’étrange propagande du gouvernement Ravelonarivo
Le premier ministre Jean Ravelonarivo lors de l'atelier sur le PMO à Ivato

PMO, l’étrange propagande du gouvernement Ravelonarivo

« Convaincre les malgaches ». C’est l’objectif déclaré d’un étrange communiqué de la primature pour promouvoir le Plan de mise en œuvre du Plan national de développement. L’actuel gouvernement se justifie et veut rassurer les citoyens et les partenaires de Madagascar, ne manquant pas de jeter la faute au régime de transition.

« Chers malgaches, nous vous prions d’être patients, car ce sont des problèmes datant d’il y a trois, quatre ou 5 ans qu’on essaie de résoudre en 2015. Nous avons hérité d’une mauvaise situation, mais nous allons laisser une bien meilleure ». C’est ainsi que le gouvernement présente le PMO. « Oui, les malgaches peuvent avoir confiance » sans que personne ne leur promette des miracles. C’est par le travail et les efforts que le pays va s’en sortir, quoique « tout travail sans courage politique est vain ».

Quels actes courageux le gouvernement promet-il ? La propagande dit que les stratégies ont été adoptées pour lutter contre le trafic de bois de rose, mettre fin aux exportations illicites des produits miniers des espèces animales protégées, protéger les ressources marines et éradiquer le vol d’ossements humains. « Ce gouvernement a le courage d’affronter les problèmes des deux principales sociétés d’Etat qui sont la Jirama et Air Madagascar.

Des promesses gouvernementales

Le gouvernement estime qu’il est nécessaire de rassurer les bailleurs de fonds. Il mise sur le 11ème FED de l’Union européenne et la Facilité Elargie de Crédits du Fmi qui marque le retour de Madagascar en tant que bénéficiaire de financements internationaux. « Qui va nous donner autant d’argent si nous-mêmes n’avançons pas, ne montrons pas où nous voulons aller et comment y arriver, expliquer pourquoi on veut y aller ».

Le PMO promet un juste partage des richesses un recul de la pauvreté, la sécurité alimentaire, la sécurité des biens et des personnes, une justice équitable, un accès aux soins et à l’éducation, la lutte contre la corruption, un environnement des affaires attractif, des infrastructures de transports, de télécommunications et de production d’énergie, le développement de toutes les régions.

Un outil pour les bailleurs de fonds

Le Plan de mise en œuvre du Pnd ressemble à une addition de projets de divers départements ministériels suivi d’une sélection pour figurer dans le Programme d’investissements publics prioritaires. Les bailleurs de fonds devront prendre cette planification comme la base des futurs partenariats et financements. Par exemple, l’Union européenne tient compte du PMO pour dresser son programme indicatif régional.

Même si des financements comme le 11è FED sont acquis, le gouvernement doit encore convaincre pour que les décaissements se fassent. Il ne s’agit pas seulement de persuader les représentants résidents des bailleurs de fonds, mais aussi les institutions elles-mêmes et les sociétés civiles dans les pays donateurs.

A. Herizo