vendredi , 25 septembre 2020
enfrit
Le groupe Midi vient de perdre l’un de ses journalistes. Jocelyne Randrianary n’est plus. Elle a succombé après des mois de lutte contre le cancer.

Décès de Jocelyne Randrianary du quotidien Gazetiko

Tous ses amis l’appelaient Joce. Elle est journaliste du groupe Midi depuis plus de dix ans, en s’occupant notamment de la rubrique social du quotidien de langue malgache Gazetiko. Depuis peu, elle est devenue Rédactrice en Chef des magazines hebdomadaires Midi Flash et Midi Mailaka. Joce était au service du groupe Midi depuis qu’elle a fini ses études à la filière Journalisme de l’université d’Antananarivo.

Elle venait d’avoir 40 ans. Juriste de formation initiale, Jocelyne Randrianary a préféré devenir professionnelle de la presse.

Ses camarades de classe de la filière journalisme de l’université étaient sidérés de ce décès. Le journal Midi et Gazetiko ont décidé de lui rendre un hommage particulier. Le directeur de rédaction de Midi, Stéphane Jacob, qui était également son enseignant à l’université, voit en Joce «une journaliste passionnée par son métier et une personne d’un contact chaleureux et d’un commerce agréable ».

Depuis longtemps, Jocelyne Randrianary était en outre une vraie passionnée du sport. Elle pratique le karate depuis une vingtaine d’année. Elle était également capitaine de l’équipe féminine de football des journalistes d’Antananarivo.

Au bout de quelques mois d’hospitalisation dans la capitale malgache, Joce a suivi un traitement dans la région parisienne, en France, où elle a finalement rendu son âme la nuit du vendredi 27 novembre. C’est l’émoi au sein de la profession où beaucoup s’accordent à dire qu’elle était plutôt jeune pour s’en aller.