lundi , 6 juillet 2020
enfrit
Deux journalistes du quotidien Madagascar Matin ont été emprisonnés depuis le soir du 21 juillet. La réaction des associations et du syndicat des journalistes malgaches a été presque immédiate. Une réunion d’urgence a été programmée le 22 juillet et les journalistes sont tout de suite descendus dans la rue.

Des journalistes descendent dans la rue

Une marche vers la stèle de l’ordre des journalistes de Madagascar a été programmée. Les journalistes devaient ainsi traverser le centre de la capitale, munie d’une banderole avec une inscription claire : « Non à l’emprisonnement des journalistes ». Quelques policiers avaient suivi de loin la marche qui s’est déroulée sans aucun incident. Le syndicat des journalistes, par la voie de son président, Rocco Rasoanaivo, a revendiqué dans une déclaration « la libération immédiate » des deux journalistes incarcérés. Les associations et le syndicat ont lancé un appel à tous les professionnels des médias en vue d’une solidarité envers les deux journalistes incarcérés. Didier Ramanoelina et Jean Luc Rahaga, respectivement Rédacteur en chef et Directeur de la publication de Madagascar Matin, ont été placés sous mandat de dépôt à la suite de la plainte de trois membres du gouvernement cités dans un courrier de lecteur concernant le trafic de bois de rose.