vendredi , 25 septembre 2020
enfrit
Quelques organes de presse de la capitale ont été interdits d’accès au palais d’Ambohitsorohitra quand Andry Rajoelina a donné une conférence de presse sur sa position sur la médiation internationale et la mise en place du nouveau gouvernement de Transition.

Des médias interdits d’accès au palais d’Ambohitsorohitra

Le journal Midi parle tout simplement de « censure » car son journaliste figurait parmi ceux dont l’accès au palais a été interdit par, semble-t-il, le service de communication de la présidence de la Transition.

Dans son journal du soir, la chaîne de télévision Matv a également fait part de l’interdiction d’entrée de ses reporters au palais de la présidence. D’autres organes de presse auraient également été victime de cette nouvelle initiative d’Ambohitsorohitra, dont l’Express, Taratra et Gazetiko.

C’est en tous cas une situation plutôt inédite au palais présidentiel. Il s’agissait en effet d’une conférence de presse, censée être de large diffusion.

La crise politique a en effet complètement divisé la presse malgache. Un certain nombre d’organe de presse est supposé proche de Andry Rajoelina, d’autres sont réputés en faveur de Marc Ravalomanana. Midi et Matv sont considérés par Ambohitsorohitra comme étant des médias pro-Ravalomanana. Mais c’est beaucoup moins vrai pour des journaux comme L’Express qui appartient à Edgard Razafindravahy, l’actuel président de la délégation spéciale de la mairie de la capitale, qui est un proche collaborateur d’Andry Rajoelina.