Samedi , 20 octobre 2018
enfrit
La radio Fahazavàna, appartenant à l'église protestante FJKM, a été fermée par les autorités le 20 mai dernier. Dix employés de la station dont six journalistes ont été par la suite emprisonnés. Ils viennent d'obtenir une liberté provisoire et pensent déposer une requête au Tribunal pour demander la réouverture de la radio.

Les employés de la radio Fahazavana déposent une requête au Tribunal

Tant que la situation politique n’évolue pas, il est toutefois difficile de s’attendre à une réouverture immédiate de la radio Fahazavàna, explique un président d’association de journalistes dans la capitale.

Depuis la prise de pouvoir par Andry Rajoelina et son équipe, en mars 2009, la radio Fahazavàna était l’unique radio proche de l’opposition qui a continué d’émettre à Antananarivo. La station a toujours critiqué vertement les actions et les initiatives du jeune putschiste. 

Le 20 mai dernier, les journalistes de la radio Fahazavàna ont commis une erreur fatale en lançant un appel à la population à venir à la rescousse des militaires de la Force d’intervention de la gendarmerie nationale (FIGN) qui se sont mutinés contre la Haute Autorité de la Transition. La station a été fermée, et les employés emprisonnés. Ils ont passé des centaines de jours derrière les barreaux malgré la réticence de leurs confrères.

Depuis la crise politique de 2009, une dizaine de journalistes ont séjourné en prison à Madagascar. Quelque chose que la presse malgache n’a pas connu depuis l’indépendance du pays en 1960.