Samedi , 16 décembre 2017
enfrit
Le retour au pays de l’ancien président malgache a suscité beaucoup d’émoi et beaucoup de commentaire. Il a été arrêté quelques heures après sa première conférence de presse à son domicile. Les interprétations sur le retour et l’arrestation de Marc Ravalomanana sont multiples.

Marc Ravalomanana : Un retour empreint de mystère

Selon le journal Midi : « Après son audition au « Toby Ratsimandrava » qui a duré deux heures hier, Marc Ravalomanana a été conduit dans un endroit jusqu’ici inconnu. Il serait en ce moment placé en résidence surveillée, mais on ne sait pas où. A Mantasoa ou à Ambatolampy ? A Arivonimamo ou à Manjakandriana ? Nos dernières informations indiquent que l’ancien président est placé en résidence surveillée à Arivonimamo. Quel que soit l’endroit de cette résidence surveillée, la communauté internationale ne peut pas rester indifférente au sort de l’ancien président. D’ailleurs, si ce dernier a pu rentrer hier à Madagascar, c’est parce que des organisations régionales comme la SADC et des pays comme la France (Quai d’Orsay), les Etats-Unis, l’Allemagne, la Norvège, l’Afrique du Sud…y auraient contribué de près ou de loin. Jusqu’ici, le régime de Hery Rajaonarimampianina considère Marc Ravalomanana comme son adversaire politique. Mais jusqu’à quand ? Pour certains observateurs politiques avertis, une alliance Ravalomanana-Rajaonarimampianina n’est pas à exclure ». De son côté, le journal La Nation spécifie dans sont éditorial : Depuis le temps que l’on parlait de ce retour de Ravalomanana au pays, personne n’a pensé un seul instant que le scénario allait se passer de cette manière. L’ex-chef d’Etat est venu comme il était parti il y a cinq ans et demi. Sans tambour ni trompette. On parle désormais d’une garde-à-vue de quinze jours pour l’ancien président. C’est également un mystère, car la suite des événements est des plus énigmatiques également. Surtout que Marc Ravalomanana a clairement affirmé qu’il est prêt à affronter la Justice… Quoi qu’il en soit, l’inexistence de volonté de résistance de la part du camp Ravalomanana relève également du mystère. Il n’a jamais été question pour les leaders de la mouvance de réagir vigoureusement. Au contraire, c’est un appel au calme qui a été lancé. Un autre mystère. »