dimanche , 5 décembre 2021
enfrit
On croyait que l’invasion acridienne a épargné la capitale et ses alentours, mais il n’en est rien finalement. Les criquets migrateurs sont de retour. Depuis le soir du 15 mai, le palais royal d’Ambohimanga, au Nord d’Antananarivo, a été envahi par les criquets. Les jours suivants, ce sont les autres villages qui comptent encore des champs et des rizières qui ont été attaqués par les locustes.

Les environs de la capitale envahis par les criquets migrateurs

Les populations locales ont été prises au dépourvu. Il y a un peu plus d’un mois, c’est la partie Sud d’Antananarivo qui a été envahie par les criquets migrateurs. Le ministère de l’Agriculture a mobilisé son équipe pour le traitement des surfaces infestées. Grâce à un vent favorable, les criquets semblaient se diriger vers l’ouest. Mais grande fut la surprise quand des habitants d’Ambohimanga ont signalé la présence des criquets dans leur champ en fin de semaine. Cette fois-ci, rien n’a été fait. Les villageois étaient seuls face à l’invasion. Durant le week-end, différentes localités ont été encore concernées par le fléau. Un peu plus à l’ouest d’Antananarivo, la localité de Vontonvorona a connu le phénomène. De même, Ambohidratrimo, au nord-ouest de la capitale, a été dimanche envahi par les criquets. Face à cet événement inquiétant, la passivité des autorités surprend plus d’uns. Le président Hery Rajaonarimampianina a préféré effectuer une tournée à Nosy-Be tandis que son Premier ministre, Kolo Roger, s’est rendu à Genève pour assister à un colloque médical.