Dimanche , 25 février 2018
enfrit

Economie

Jirama : les réformes s’annoncent mais ne se réalisent pas ?

La compagnie nationale de l’électricité est à l’aube d’une grande réforme qui devrait changer sa stratégie financière et d’exploitation. La Jirama cristallise à elle seule la crise de l’énergie à Madagascar même si la problématique est plus générale. A défaut de politique énergétique proprement dite, on a essayé dans les années 2000 de mettre en place une gouvernance pour gérer et la compagnie et la production d’électricité. Les changements d’orientation politiques et l’incapacité à surmonter les difficultés et les contraintes ont fait régresser le secteur énergétique. Lire la suite »

Gisement de Tsimirororo : Madagascar Oil lance la vente test d’huiles lourdes

La phase test de commercialisation des huiles lourdes de Tsimiroro marque l’entrée de Madagascar dans une transition énergétique. Cette production locale devra permettre à court terme de faire baisser les coûts d’exploitation de la Jirama en matière d’énergie thermique. L’enjeu pour la compagnie Madagascar Oil est de gagner de la crédibilité en tant que compagnie pétrolière qui maitrise sa chaîne de production. Lire la suite »

Les finances publiques, le grand défi du développement

Une politique économique qui vise la croissance et ambitionne de lutter contre la pauvreté ne saurait être complète que si elle est assortie avec une bonne gestion des finances publiques. Les progrès réalisés par Madagascar dans les années 2000 ont été notables pour maintenir une stabilité macro-économique, allouer les ressources selon une stratégie définie, être efficace dans l’exécution budgétaire. Malheureusement, la transparence, l’efficience et le contrôle avaient disparu à tel point que les intérêts privés ont fini par triompher. Lire la suite »

ITM 2014 : Madagascar doit maitriser la communication en cas de crise du tourisme

Donnant une conférence dans le cadre de l’International Tourism Fair à Antananarivo, German Porras, expert de l’OMT, a délivré des conseils avisés aux acteurs et responsables du secteur touristique à Madagascar pour que la destination ne subisse pas une crise et perde de sa compétitivité. L’enjeu est de préparer une communication prête à l’emploi et un plan national pour sortir d’une impasse provoquée par un évènement social ou politique, un contexte économique ou une catastrophe naturelle. Lire la suite »

Gouvernement Kolo : une politique trop vague, peu de mesures concrètes

Fin avril, l’équipe de la présidence était encore mobilisée pour concocter une politique générale de l’Etat à présenter aux députés. Au final, c’est un exposé en français dont le contenu rappelle l’Agenda pour la relance économique publié par les experts de la Banque mondiale en 2010, donc la politique préconisée par les bailleurs de fonds, qui a été présenté par le premier ministre Kolo aux députés. Lire la suite »

1er mai : l’emploi pas à la fête

La particularité du contexte socio-économique de Madagascar est un taux de chômage très bas, moins de 2% en zone rurale assortie avec une sous-occupation presque généralisée. La fête du Travail ne concernerait donc que les 600 000 salariés du secteur privé affiliés à la CNaPs et les 180 000 fonctionnaires. Quand on sait que l’âge des actifs est compris entre 5, oui c’est bien 5, et 64 ans, le secteur formel représenterait 5% de la population active. Le plein emploi est l’un des objectifs de développement associé à la réduction de la pauvreté extrême. Il est aussi un défi pour les jeunes qui arrivent sur le marché du travail. Lire la suite »

La France n’en finit pas de punir Nosy-Be, le secteur du tourisme veut survivre

10% pour le taux d’occupation, à Nosy-Be il n’y a pas véritablement de basse saison, mais là, il n’y a plus tout simplement de saison pour les hôteliers. Les opérateurs regrettent que le ministère des Affaires Etrangères français qualifie encore l’île touristique dans le nord-est de Madagascar de destination à risque, classée orange. Ils assurent que la situation a nettement évolué et qu’il n’y a pas de problème de sécurité justifiant une telle mise en garde qui refroidit les tours operators et les touristes eux-mêmes. Lire la suite »

Une destination Nature en mal de promotion

La Grande Ile a eu l’honneur d’être invitée au Salon des nouvelles randonnées qui a eu lien à Paris du 24 au 28 mars 2014. L’Office national du tourisme de Madagascar a pu mesurer l’impact d’une image négative générée par l’instabilité politique dans le pays. Malgré une évolution notable de la situation après les élections, les idées reçues restent et sont préjudiciables à la destination. Le produit randonnée a été proposé aux visiteurs du salon qui ont dû être rassurés sur les questions politiques et la sécurité. Lire la suite »