Lundi , 18 décembre 2017
enfrit
Fanompoam-be, le rendez-vous annuel de la tradition Sakalava
Le chef de région en tractation avec les souverains du Boeny

Fanompoam-be, le rendez-vous annuel de la tradition Sakalava

La fin du mois de juillet est marquée chaque année par un grand évènement qui allie la tradition et la culture à Mahajanga. L’ethnie Sakalava y célèbre le Fanompoam-be ou le bain des reliques royales ; elle retrouve pendant une dizaine de jours ses racines. Le côté festif et marketing n’est pas en reste grâce au festival « Koezy ».

Le grand jour, c’était bien le 27 juillet 2015. Alors que les festivités avaient déjà commencé trois jours plus tôt, la partie cultuelle vint enfin. Le Fanompoam-be a réuni des milliers de personnes issues de l’ethnie Sakalava venues des quatre coins de l’île et même de l’étranger pour se recueillir au « doany » ou lieu sacré de Miarinarivo-Tsararano. Ils ont porté les habits de circonstance, à savoir le salovana et le sikin-dahy, portant une étoffe sur la tête et sur le bas du corps. Le port de culotte est strictement interdit. Chaque individu participant aux rites est censé être « propre ». Il a notamment pris un bain d’une trentaine de minutes dans la mer. Les femmes qui ont leurs règles sont interdites d’accès au lieu sacré.

Un aspect du Fanompoam-be a nourri les imaginations. Il s’agit du fameux « Tsimandrimandry » ou latéralement nuit blanche. C’est une nuit de liberté et de débauche marquée par une orgie. La pratique existe toujours, mais elle n’est plus aussi institutionnalisée qu’avant. Place au recueillement et à l’allégeance aux esprits des quatre rois Andriamisara. Le bain des reliques est une coutume ouvertement païenne. Il s’agit de tremper dans du sang de zébu une partie des ossements des grands rois Sakalava, précisément la mâchoire et une vertèbre. La sortie des reliques du lieu du tombeau sacré ou zombabe est accompagnée par des salves d’applaudissements et des coups de fusil.

Les Jeriky ou les soldats du roi de l'ethnie sakalavaLes reliques honorées durant le Fanompoam-be ou le grand culte appartiennent aux rois Andriamisara, Andriamandisoarivo, Andriamboeniarivo et Andriananiana ou Andriandahifotsy. Ces souverains sakalava qui régnaient sur le Boeny étaient aussi des devins. Après la cérémonie qui les honore et les purifie, les reliques sont portées sept fois autour du « doany» avant d’être remises à leur place.

Pour cette édition 2015, le slogan du Fanompoam-be est « Tahio ny an-tena fa ny an’olo tsy omeny » ou préservons la nôtre, car les autres ne nous donneront pas la leur. On fait ici référence à la tradition. L’actuel souverain sakalava, Jaofeno Richard a remercié son peuple et ses invités d’avoir honoré l’évènement. Il a fait appel aux bonnes volontés pour la réhabilitation du tombeau royal. Comme souvent, des guéguerres de succession et de mésentente entre familles royales font leur apparition autour de ce genre d’évènement. Le Fanompoam-be a bel et bien eu lieu dans le «doany» sud malgré l’opposition de certains individus.