Mardi , 12 décembre 2017
enfrit
Les fins d’années se suivent et ne se ressemblent pas. Cette année –ci par exemple, Décembre n’est pas seulement le moment pour nos dirigeants de faire le bilan de l’exercice 2013. Il s’agit en plus, élections présidentielles et législatives obligent, de faire le point sur le résultat des actions menées et l’impact des décisions prises par le système sur le développement. Positif ?, Négatif ? A chacun de voir.

Sanctions

Permettez-moi seulement de relever certains points révélés dans des études sérieuses et dont l’intégrité est internationalement reconnue :
– en 2013, à Madagascar 7 personnes sur 10 voient les partis politiques comme parmi les institutions les plus corrompues.
– Le secteur judiciaire est vu comme étant l’organisme public le plus corrompu, suivi de près par la police et la Fonction Publique
– La Banque Mondiale estime à 8 milliards de dollars la perte de l’économie nationale en 5 ans (2005-2013)
– la mortalité infantile a été de 10.000/an
– en 2012, sur le plan de la bonne gouvernance, Madagascar a été classé 118è sur 174.
On pourrait s’étendre sur le sujet. Comment croire qu’en 2013 la date de la rentrée scolaire a été repoussée par deux fois parce que les bancs n’étaient pas tous occupés ! Incroyable !
Que faire ? Naturellement, il faut que cela cesse. Mais je crois aussi que le temps est venu de mettre fin à la culture de l’impunité. Parce que dans certains états-majors politiques, l’important est surtout de préserver qui l’immunité parlementaire, qui l’immunité tout court. C’est pour cela que ça grouille et que ça gargouille. Il est temps désormais de ne plus avoir peur de pointer les responsables du doigt et de leur présenter la facture. Certes, l’idée de les traduire devant des juridictions locales ou internationales ne semble pas évidente pour le moment. Mais nous avons, à l’occasion de ces élections qui approchent, l’opportunité d’un vote sanction à l’égard de ceux qui le méritent. Jusqu’à présent nous avons surtout utilisé la force d’inertie ? ‘’Ils’’ en ont profité. Aussi, soyons désormais plus positifs .Osons leur infliger une sanction : le vote-sanction.

ORL